CHRÉTIENS D'AUJOURD'HUI
Pour des Communautés d'Église obsédées par le service de l'Humanisation de leur société !

Consultez le Sommaire de Chrétiens d'aujourd'hui et choisissez selon votre appétit !  

Si vous souhaitez m'écrire : canonge.paul@wanadoo.fr
Nous sommes le

   ACCUEIL   

   NEWS SOCIETE    

   NEWS EGLISE        ESPOIRS         NEWS D'AILLEURS            LECTURES      LIENS et CONTACT 
+ HUMOUR

                                          L’Eglise catholique, sourde et aveugle?


Il est légitime de s’interroger sur les raisons de ce fossé qui se creuse de jour en jour entre l’Eglise et les croyants ainsi que la société en général. Mon propos ici ne visera en aucun cas la religion en tant que tel mais bien l’institution catholique qu’est l’Eglise.

La première raison de ce fossé qui se creuse semble assez évidente. Ce sont les choix actuels de l’Eglise catholique qui fait preuve d’un fort conservatisme. Elle refuse l’homosexualité, les moyens de contraception, l’égalité homme-femme (via notamment la fonction de prêtre réservée aux hommes) et ne prend que peu de mesure contre les problèmes récurrents de pédophilie dans l’Eglise. Si on y réfléchit, tous ces problèmes sont « nouveaux » pour l’Eglise dans le sens où la vision de la société était assez similaire à celle de l’Eglise il y a quelques décennies. Le problème vient du fait que l’Eglise a fait preuve sur le 20e siècle d’un conservatisme à toute épreuve qui l’a distancé de la société et de sa base.

La seconde raison ou plutôt la source du premier problème, c’est l’organisation même de l’Eglise. Le chef de l’Eglise, le Pape, désigne les cardinaux. Ceux-ci désigneront à leur tour le nouveau pape parmi eux. Sans aucun jugement négatif, l’Eglise catholique est donc un exemple typique de dictature. En tant qu’organisation religieuse (on ne pinaillera pas sur l’Etat Vatican), c’est son droit de faire ce choix et c’est sans doute moins problématique que pour un état. Cela a en effet des avantages comme des inconvénients. La ligne de conduite d’un pape pourra être respecté bien au delà de son pontificat et une cohérence sans faille est assurée au niveau des grandes décisions prises. Ce modèle est par contre une source importante de risque de se distancer de sa base comme c’est le cas actuellement. Même les prêtres commence à s’éloigner de cette hiérarchie sourde et aveugle.

Sans grande réforme, les églises se vident. Les croyants ne se reconnaissent plus dans cette institution et ils ont leur foi mise à mal. Une solution structurelle serait d’instaurer plus de démocratie dans les élections de la hiérarchie. Ces élections devrait être du bas vers le haut et pas l’inverse…
Voir aussi Appel de prêtres et de diacres en Autriche, juin 2011
 

Retour en Haut de page      

 

Retour au Sommaire  

 

 

 

CHRÉTIENS D'AUJOURD'HUI
Copyright © 2010 Paul Canonge. Tous droits réservés.
Mise à jour le lundi 15 novembre 2010