CHRÉTIENS D'AUJOURD'HUI
Pour des Communautés d'Église obsédées par le service de l'Humanisation de leur société !

Consultez le Sommaire de Chrétiens d'aujourd'hui et choisissez selon votre appétit !  

Si vous souhaitez m'écrire : canonge.paul@wanadoo.fr
Nous sommes le

   ACCUEIL   

   NEWS SOCIETE    

   NEWS EGLISE        ESPOIRS         NEWS D'AILLEURS            LECTURES      LIENS et CONTACT 
+ HUMOUR
Le choix du mariage pour tous n'est ni religieux ni antireligieux : c'est un choix citoyen.
1)       je conteste à la hiérarchie catholique le droit de parler au nom de tous les croyants.
2)       Comment ces évêques auraient-ils le droit de parler au nom des croyants alors qu’ils n’ont jamais été élus par les croyants ?
3)       Ces mêmes évêques ont toujours tenu à distance les personnes gays. Qu’ils fassent donc d’abord le ménage dans leurs propres églises. Je ne parlerai même pas de la pédophilie de nombreux prêtres ! ni du fait que nombre de prêtres ont des relations homosexuelles ! (voir cependant les constats faits par certains journalistes à Rome, mais surtout par des psychothérapeutes spécialisés.)  J’ai organisé une rencontre entre un groupe de chrétiens que j’appellerai réformateurs et un groupe de David et Jonathan. Ces derniers nous ont remerciés de les avoir invités. Vous êtes les seules sur Montpellier à nous avoir un jour invités. L’église officielle nous a toujours ignorés .
4)       Certains épiscopes ont réclamé un grand débat national. C’est risible !! Qu’ils commencent à organiser des débats dans leur propre sphère et surtout après débat, si jamais il avait lieu, - ce qui n’est pas encore pour demain -, qu’ils aient l’honnêteté d’en tenir compte dans leurs décisions, ce qui n’est jamais le cas, par exemple lorsque se tiennent des pseudo-synodes ! Je peux leur propose au choix un débat sur l’accés des femmes aux ministères à commencer par le diaconat et la prêtrise, le choix des curés et des évêques, le celibat optionnel pour les prêtres séculiers…
5)       Ces mêmes évêques considèrent toujours les femmes même comme mineures en ne leur permettant pas d’avoir accès à des postes de responsabilité ordonnés, ni diacres, ni prêtres, ni évêques, mais seulement secrétaires ou chargés de mission à responsabilité limitée ! très limitée ! discrimination idéologique et qui dure depuis St Augustin, peut-être au 6ème siècle !
6)       Rien dans l’évangile ne permet de fonder la position de cette hiérarchie. Da’uetre part ils ne sont pas les défenseurs d’un soi-disant droit naturel dont on sait ce qu’on peut lui faire dire, par exemple dans le domaine de la contraception. C’est bien d’ailleurs une des raisons qui font que des chrétiens ont pris leur distance en masse depuis 1968 et l’encyclique Humanae vitae. Nous pourrions en sourire encore si cela ne traduisait pas une inquiétante course, très politique, peu évangélique, des institutions religieuses derrières leurs extrémistes respectifs : salafistes, évangéliques de droite, intégristes d’extrême-droite !
7)       Il ne s’agit pas d’une question à proprement parler religieuse, mais d’un problème de société. Il concerne l’égalité des droits pour tous, l'égalité en droits des citoyennes et des citoyens, et de liberté sans idéologie moralisatrice. La vraie liberté, c'est de laisser la possibilité à deux personnes qui s'aiment de s'unir, quelle que soit leur orientation sexuelle, car l'égalité c'est de permettre à tout couple de recourir au même dispositif juridique sans discrimination.
Pourquoi des responsables – non élus, ni choisis – d’une religion voudraient–ils imposer leur modèle à toute une société ? Ce n’est plus le moyen-âge où l’église catholique dictait le comportement de tout un chacun !
La laïcité est la condition d'une double émancipation. Émancipation de l'État sans doute qui a pu, grâce à elle, affirmer sa souveraineté et mieux préserver les libertés ; émancipation de l'Église surtout qui a gagné, dans cette transformation, une autonomie qui devrait lui permettre de mieux accomplir sa mission. Donc chacun à sa place. Accompagner les hommes et les femmes, et non leur dicter leur conduite, voilà quel serait plutôt le rôle d’une église qui se réclame de Jésus, mais s’en éloigne de fait en appelant à l’intolérance.
 »Pour les chrétiens, plus soucieux du bien commun que des intérêts particuliers, la politique est un moyen privilégié de construire la cité, une maison commune où chacun peut avoir sa place, notamment les plus faibles et les plus pauvres.
De même qu'il n'y a pas de "politique chrétienne", il n'y a pas d'électeurs chrétiens à proprement parler. Il y a des citoyens français, dont certains sont nourris par leur foi et habités par le souffle de l'Evangile. 
Parce que nous croyons au pluralisme et au respect des convictions, cette nouvelle édition de Chrétiens en campagne aborde, sans chichi ni tabou, avec humour parfois, quelques questions importantes qui sont loin de faire l'unanimité dans l'Eglise catholique et au-delà. »

 
8)       Combien d’enfants sont élevés aujourd’hui dans des familles monoparentales ? faudrait-il alors interdire cela au nom de l’obligation d’être élevé par un père et une mère à la fois ? lancer les assistantes sociales à la recherche de ces familles où l’enfany ne vit pas avec un père et une mère ? et pour es mettre où ? à l’orphelinat chez les bonnes soeurs ?
Cela reviendrait à interdire le divorce car bien souvent hélas ! la suite, c’est une famille monoparentale, au moins pour un certain temps, surtout si les enfants sont petits ! ou encore cela reviendrait à retirer les enfants lorsqu’il n’y a pas père et mère à la fois ! Je préfère qu’un enfant soit élevé par des gens qui s’aiment, c’est la condition première de son épanouissement et l’assurance qu’à son tour il en sera capable.
9)      Chacun connaît des couples homos ; bien souvent on est surpris de constater tout l’amour qui s‘en dégage et aussi une certaine sensibilité pour les choses de l’esprit, l’art en particulier. Et qui nous dit qu’ils sont moins capables que d’autres d’aimer leurs enfants ? Les arguments présentés par des religieux font des amalgames grossiers, voire insultants ; tel celui qui met sur le même plan le mariage pour tous et le mariage à trois ! ou encore qui prétend que c’est la porte ouverte à d’autres excés, comme l’inceste !  cardinal Barbarin ou d’un Serge Dassault. Ces derniers ne font que décliner l’imagerie hélas bien connue de l’homosexualité considérée comme perversion, maladie, détraquement physique et/ou psychologique.
10)    Regardons simplement la réalité. Le mariage hétérosexuel est-il envisageable pour des personnes aux tendances homosexuelles ? Non, évidemment, à moins de dire que ces personnes sont des malades, ‘il faut soigner afin qu’elles redeviennent normales. Cela fut dit à une époque. C’est terminé sauf peut-être dans certaines églises dont l’ECR. Et qu’est-ce qu’une situation matrimonial normale, ? de quelles normes s’agit-il ?
Pourquoi donc la nature ne se plie-t-elle pas aux normes dans lesquelles on voudrait l’enfermer ?
11)    Le genre. Non pas « théorie » du genre mais « analyses »de genre. Voir Butler philosophe américaine. Fichier « genre pas de théorie du genre.. ce qui déroge aux normes ;
Les hiérarques et la normalité. L’ordre moral.
Alors que je demandais comment on pouvait s’opposer à un champ de recherches, une twitta m’a répondu: « est-ce que n’est pas justement la définition de l’obscurantisme? » Très juste. L’obscurantisme, dans son sens premier, c’est une « attitude, [une] doctrine, [un] système politique ou religieux visant à s’opposer à la diffusion, notamment dans les classes populaires, des ‘lumières’, des connaissances scientifiques, de l’instruction, du progrès. »
12)    Or à quoi assiste-t-on? A une polémique entretenue par des personnes n’ayant aucune légitimité scientifique sur ce sujet, n’ayant de toute évidence consulté aucun ouvrage de première main sur la question et prétendant en démontrer l’irrecevabilité pour en interdire le développement. Le tout, arguments fallacieux, illogiques et souvent absurdes à l’appui. Mais bien sûr, ces personnes ont en tête le bien commun: « les Français sont en droit d’en être informés ». Il s’agit de faire prendre « conscience » aux « citoyens » de ce que [...] représente [la "théorie du gender"] et des conséquences qu’elle entraîne », alors que « des associations » [sic] tentent de l’introduire « en catimini » en France.
13)J’ai réussi à écrire cet article jusqu’ici sans me mettre en colère mais là, j’ai du mal. Autant d’ignorance, de malhonnêteté et de démagogie me mettent hors de moi. Car comment qualifier autrement ce comportement et ces discours? Imagine-t-on un instant ces déput·e·s réserver le même traitement à la physique quantique, sous prétexte qu’elle remettrait en cause les fondements de nos croyances sur l’univers? L’objet des études de genre est social, et elles touchent aux structures de pouvoir dans la société. De toute évidence, de tels questionnements ne sont pas acceptables pour tout le monde
14)     Nombre de pays ont déjà adopté cette même législation; la Suède, l’Espagne, les Pays-Bas, la Belgique. Je ne sache pas que cela les ait conduit dans le gouffre annoncé chez nous ! Il faudrait d’ailleurs s’interroger : pourquoi les forces de droite sont-elles tant mobilisées contre ce projet ? Ne peut-on y sentir l’odeur du souffre politique contre le gouvernement en place !
15)                   Quant à la possibilité d’adopter, il découle simplement du fait qu’il y a mariage, donc famille. Certains ont fait l’amalgame : « mais cela va entraîner la marchandisation des enfants ! »  Pas plus que pour des foyers hétéros ! 
Le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, a mis en garde vendredi 14 septembre, après une rencontre avec le ministre de l’intérieur Manuel Valls, contre le mariage homosexuel, qui ouvrirait selon lui la voie à la polygamie et à l’inceste. « Après, ils vont vouloir faire des couples à trois ou à quatre. Après, un jour peut-être, l’interdiction de l’inceste tombera ! »  C‘est fou comment ces soi-disant responsables de l’ECR sont irresponsables en pratiquant la discrimination, l’exclusion et l’incitation à la division par l’affrontement sur un terrain qui n’est pas le leur et au risque de déchainer une parole homophobe! A l’époque contre le Pacs, ces mêmes responsables l’apprécieraient presque aujourd’hui.
La France a été la première après le Danemark à adopter un tel dispositif d’union civile pour les homos; c’était en 1999. Depuis 15 pays l’ont suivi.
C’est à l’amour que vous aurez les uns pour les autres qu’on vous reconnaîtra pour mes disciples. Y-a-t-il d’autres critères plus impératifs dans la voie de Jésus ?

 

Retour en Haut de page 


Retour au Sommaire du Site



 

CHRÉTIENS D'AUJOURD'HUI
Copyright © 2010 Paul Canonge. Tous droits réservés.
Mise à jour le mercredi 25 avril 2012